EN ES
Retour à la liste

Spiritualité Providence

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, 13,31-33a. 34-35
Au cours du dernier repas que Jésus prenait avec ses disciples, quand Judas fut sorti du cénacle, Jésus déclara : « Maintenant le Fils de l’homme est glorifié, et Dieu est glorifié en lui. Si Dieu est glorifié en lui, Dieu aussi le glorifiera; et il le glorifiera bientôt. Petits enfants, c’est pour peu de temps encore que je suis avec vous. (...) Je vous donne un commandement nouveau : c’est de vous aimer les uns les autres. Comme je vous ai aimés, vous aussi aimez-vous les uns les autres. À ceci, tous reconnaîtront que vous êtes mes disciples : si vous avez de l’amour les uns pour les autres. »

Évangile du dimanche 19 mai 2019.

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean, 13,31-33a. 34-35

Réflexion:

Comment pouvons-nous aimer comme Lui nous aime?

Jésus est sur le point de dire au revoir à ses disciples et Il leur laisse un commandement nouveau qui est en quelque sorte son testament. Il leur a dit de s’aimer les uns les autres comme Il les a aimés. Ceci est le signe par lequel on saura que nous sommes des disciples de Jésus. Puis, le trait le plus distinctif des chrétiens n’est pas que nous nous réunissions le dimanche pour célébrer la messe. Ce n’est pas que nous connaissions personnellement le pape, les évêques et les prêtres. Célébrer sept sacrements n’est pas non plus notre caractéristique. Jésus ne voulait pas que nous soyons connus pour l’une ou l’autre de ces choses. Jésus voulait que ceux en dehors de notre communauté nous reconnaissent par un autre signe, plus humble si on veut, mais plus important encore et plus humain : c’est à dire la façon dont nous nous traitons les uns les autres, par la façon dont nous nous aimons et que nous aimons tout le monde sans distinction : « Aimez-vous les uns les autres ».

Ceci est le signe que la communauté chrétienne est la semence d’un monde nouveau. Car seul Dieu peut donner vie à cet amour qui fait que tout se partage et que tous vivent davantage en abondance.

Il est bon de se demander : Est-ce que les chrétiens sont faits d’un bois différent? Sommes-nous supérieurs aux autres? Pas du tout. Nous sommes égaux. Mais la présence de Dieu est avec nous. Et quand nous le laissons agir dans notre cœur, nous faisons l’expérience d’un amour plus grand que nos forces qui surgit de notre intérieur. C’est l’amour de Dieu. C’est l’amour qui est un signe de la terre nouvelle et du ciel nouveau. C’est, par exemple, l’amour avec lequel Mère Émilie aimait les pauvres, les orphelins, les personnes âgées, les malades et tous ceux qui souffraient. Il est l’amour avec lequel beaucoup de mères aiment leurs enfants. Démesurément, sans horaire, sans limite, avec une générosité absolue.

Mais comme nous ne sommes pas supérieurs aux autres, comme nous faisons des erreurs et parfois nous nous blessons les uns les autres, il y a une dimension de l’amour que la communauté chrétienne doit savoir comment vivre d’une manière spéciale. C’est la dimension du pardon, de la réconciliation. Savoir pardonner et se pardonner est une forme d’amour qui reconnaît ses propres limites et les surpasse parce que l’amour va au-delà des limites fixées par nos faiblesses. Vivre le pardon et la réconciliation dans la communauté chrétienne est la meilleure façon de témoigner de l’amour qui nous unit.

Une Soeur de la Providence