EN ES
Retour à la liste

Spiritualité Providence

Évangile de Jésus Christ selon Saint-Marc 16,15-20

En ce temps-là, Jésus ressuscité se manifesta aux onze Apôtres et leur dit : « Allez dans le monde entier. Proclamez l’Évangile à toute la création. Celui qui croira et sera baptisé sera sauvé ; celui qui refusera de croire sera condamné. Voici les signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants : en mon nom, ils expulseront les démons ; ils parleront en langues nouvelles ; ils prendront des serpents dans leurs mains et, s’ils boivent un poison mortel, il ne leur fera pas de mal ; ils imposeront les mains aux malades, et les malades s’en trouveront bien. » Le Seigneur Jésus, après leur avoir parlé, fut enlevé au ciel et s’assit à la droite de Dieu. Quant à eux, ils s’en allèrent proclamer partout l’Évangile. Le Seigneur travaillait avec eux et confirmait la Parole par les signes qui l’accompagnaient.

Évangile du dimanche 16 mai 2021 –

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 16,15-20 –

Réflexion:

Comment j’annonce Jésus pour être son témoin là où je suis? Il y a un chant qui dit : Suivre Jésus être ses témoins sur le chemin de l’Évangile. Ce chant s’adresse à tous les chrétiens, mais il faut y adhérer par tout son être. Par la prière, la contemplation, le service, la vie sociale avec les personnes qui vivent avec nous et qui travaillent avec nous.

Le texte de l’évangile de ce jour nous présente Jésus ressuscité, qui nous invite tout d’abord à sortir de nos tombeaux. A revivre et à aller! Il appelle, il invite et je me sens personnellement concernée par cet appel. Un appel à aller annoncer l’évangile. C’est ce que je fais depuis déjà 60 ans de vie religieuse. Dans le quotidien. La parole de Dieu prend chair là où nous avons les deux pieds. Pour moi, cela a toujours été bien important de vivre libre et joyeuse. Tel que ce passage de l’évangile nous invite à être.

Jésus dit : Celui qui   croira sera sauvé. Celui qui refusera de croire sera condamné. Il est important et je dirais crucial de resituer ce verset dans son contexte. Tout l’évangile nous prouve que Dieu ne condamne personne. Mais il veut pourtant sauver tous les humains. La question fondamentale à ce niveau est celle de savoir si je suis prête à accueillir le pardon du Dieu. Il est là, Il se présent à mes pieds un peu comme nous le dirait Maurice Zundel (prêtre et théologien catholique). Dieu est un mendiant d’amour, il me laisse libre et totalement libre afin que je puisse accueillir ou refuser d’être sauvé. C’est la merveille sous nos yeux.

Jésus parle également des signes qui accompagneront ceux qui deviendront croyants. Cela revient à dire que les signes sont importants. Aujourd’hui, dans la société actuelle, accordons-nous encore autant d’importances aux signes? Notre société affiche une certaine réticence à l’endroit des signes. Ici au Québec, combien de fois avons-nous entendu dire qu’il fallait sortir la croix des hôpitaux, de l’Assemblée nationale et j’en passe.  Pourtant Jésus nous rappelle que les signes sont là pour m’inviter à continuer et à oser m’afficher comme Sœur de la Providence avec tout ce que cela comporte de défis et de risques dans notre société.

Je termine mon propos en rendant grâce à Dieu pour cet appel qu’il me fait chaque jour. Je lui demande la grâce de continuer à répondre généreusement au oui que j’ai prononcé à ma profession en juillet 1963.

Jésus nous dit : Allez dans le monde entier et proclamer la Bonne Nouvelle.

Sœur Annette Coutu, s.p.