EN ES
Retour à la liste

Spiritualité Providence

Évangile de Jésus Christ selon Saint-Marc 4, 35-41

Ce jour-là, le soir venu, il dit à ses disciples : « Passons sur l’autre rive. » Quittant la foule, ils emmenèrent Jésus, comme il était, dans la barque, et d’autres barques l’accompagnaient. Survient une violente tempête. Les vagues se jetaient sur la barque, si bien que déjà elle se remplissait. Lui dormait sur le coussin à l’arrière. Les disciples le réveillent et lui disent : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? » Réveillé, il menaça le vent et dit à la mer : « Silence, tais-toi ! » Le vent tomba, et il se fit un grand calme. Jésus leur dit : « Pourquoi êtes-vous si craintifs ? N’avez-vous pas encore la foi ? » Saisis d’une grande crainte, ils se disaient entre eux : « Qui est-il donc, celui-ci, pour que même le vent et la mer lui obéissent ? »

Évangile du dimanche 20 juin 2021 –

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 4, 35-41

Réflexion:

C’est la première fois dans l’évangile de Marc que Jésus passe du monde majoritairement juif au côté majoritairement païen de la mer de Galilée. Il est accompagné d’une petite flotte de barques. Cette traversée peut s’avérer dangereuse si une tempête survient inopinément, ce qui est le cas cette fois-ci. Pour empirer les choses, il fait nuit, et les barques perdent le contact entre elles. Les disciples sont terrifiés, ils craignent la mort. Mais Jésus, comme Jonas avant lui (Jonas 1:4-6) semblait dormir pendant cette urgence !

Imaginez que vous prenez place dans la barque de Jésus et que vous vous laissez immerger dans toute cette expérience. Attendez que le drame se déroule. Comment vous sentez-vous lorsque les vagues s’écrasent sur la barque la faisant presque couler ? Demandez-vous le secours de Jésus à tue-tête et ne le trouvez-vous pas irresponsable parce qu’il dort ? Au bout d’un moment, il se réveille et calme le vent et la mer, puis il réprimande ses disciples pour leur manque de foi. Partagez-vous leur émerveillement lorsqu’ils réalisent qu’ils sont en présence d’une puissance extraordinaire ? Votre incrédulité est-elle la même que la leur lorsque la tempête se lève dans votre vie et que Jésus semble distant et indifférent ?

L’évangile d’aujourd’hui nous invite à regarder comment notre foi se porte, comment elle est enracinée dans la Providence de Dieu. Il est essentiel, en ces temps de pandémie, de nous rappeler que, tenus par sa main, tout sera plus facile, que, quelle que soit la tempête, quelle que soit la fragilité de notre barque, il ne coulera jamais.

Il est avec nous à travers les tempêtes de notre vie et il est capable de nous apporter un grand calme par une simple parole. Pourtant, il comprend nos craintes et nous permet de les lui exprimer, comme les disciples qui se sont écriés : « Maître, nous sommes perdus ; cela ne te fait rien ? »

Dans les tempêtes de ma propre vie, je peux aussi m’écrier : « Seigneur, je suis à la dérive ; cela ne te fait rien ? » Il m’entendra, me rassurera et me dira : « pourquoi as-tu peur ? Je suis ici avec toi. »

La voix de Jésus apporte la paix et il n’y a pas de tempête si puissante qu’elle ne puisse calmer, laissons-nous apaiser par la voix de Jésus encore plus en ces temps où la COVID-19 a complètement changé nos projets, nos vies, notre quotidien, c’est par notre foi en cette voix qui calme les tempêtes que nous pouvons sereinement compter sur la Providence de Dieu chaque seconde de notre existence.

Sœur Maria Fernanda Apablaza, s.p.