EN ES
Retour à la liste

Spiritualité Providence

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 9, 30-37

En ce temps-là, Jésus traversait la Galilée avec ses disciples, et il ne voulait pas qu’on le sache, car il enseignait ses disciples en leur disant : « Le Fils de l’homme est livré aux mains des hommes ; ils le tueront et, trois jours après sa mort, il ressuscitera. » Mais les disciples ne comprenaient pas ces paroles et ils avaient peur de l’interroger. Ils arrivèrent à Capharnaüm, et, une fois à la maison, Jésus leur demanda : « De quoi discutiez-vous en chemin ? » Ils se taisaient, car, en chemin, ils avaient discuté entre eux pour savoir qui était le plus grand. S’étant assis, Jésus appela les Douze et leur dit : « Si quelqu’un veut être le premier, qu’il soit le dernier de tous et le serviteur de tous. » Prenant alors un enfant, il le plaça au milieu d’eux, l’embrassa, et leur dit : « Quiconque accueille en mon nom un enfant comme celui-ci, c’est moi qu’il accueille. Et celui qui m’accueille, ce n’est pas moi qu’il accueille, mais Celui qui m’a envoyé. »

Évangile du dimanche 19 septembre 2021 –

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 9, 30-37

Réflexion:

Les textes liturgiques de ce dimanche ont comme fil conducteur, le service. Il ne s’agit pas seulement de servir. Il y a des attitudes pré requises pour servir à la manière de Jésus. Il est bienveillant, humble et discret. L’évangéliste nous dit dès le début de ce texte que Jésus ne voulait pas qu’on le sache. D’après vous, pour quelles raisons est-ce qu’il ne veut pas qu’on le sache? Pour ma part, je pense qu’une des raisons fondamentales pour lesquelles Il veut rester dans l’ombre c’est parce que la discrétion est une valeur centrale pour Lui.

Il est présent, passe sans se faire remarquer. Ce qui compte pour lui c’est de faire des bonnes œuvres, de libérer les opprimés et de guérir les personnes qui sont dans le besoin. Il n’a pas peur de descendre, de se mettre s’il le faut, à genoux. Il se fait petit au point de laver les pieds de ses disciples. C’est vertigineux!

De plus, à la question de savoir qui est le plus grand, il répond que le plus grand c’est celui qui sert. Une telle réponse serait très controversée dans notre société actuelle dans laquelle nombreux sont ceux-là qui pensent que les plus grands sont ceux qui ont du pouvoir. Je dois avouer que la réponse de Jésus me bouleverse. C’est une interpellation forte à devenir comme Lui, un leader transformationnel, une personne qui sert avec humilité et bienveillance en mettant l’autre au cœur de toute action. La question que nous pouvons nous poser aujourd’hui est celle de savoir ce qui me motive à servir? Est-ce que je rends des services par amour ou si je le fais par complaisance. Au verset 35 de ce texte, Saint Marc dit ceci : « Alors il s’assit, appela les douze et leur dit: « Si quelqu’un veut être le premier, il sera le dernier de tous et le serviteur de tous. En relisant cet extrait, je n’ai pas pu m’empêcher de penser à notre Mère fondatrice Émilie qui a su incarner ce message. Elle s’est toujours mise au service des autres et particulièrement des plus démunis. Cela me rappelle aussi que nous avons été fondées pour faire ce que les autres ne font pas.

En ce dimanche, prions afin que notre charité se fasse continuellement inventive. Prions aussi pour toutes les personnes qui se donnent au service des plus nécessiteux en vue de construire le Royaume des cieux.

Finalement, la question que nous pourrons nous poser aujourd’hui est celle de savoir quel est la qualité du service que je rends aux autres? Suis-je servante à la manière de Jésus ou à la manière du monde?

Sandrine Aimée Tsélikémé, s.p.