EN ES
Retour à la liste

Spiritualité Providence

Évangile de Jésus Christ du dimanche 25 février 2024, selon saint Marc 9, 2-10

Six jours après, Jésus prend avec lui Pierre, Jacques et Jean, et les emmène, eux seuls, à l’écart sur une haute montagne. Et il fut transfiguré devant eux. Ses vêtements devinrent resplendissants, d’une blancheur telle que personne sur terre ne peut obtenir une blancheur pareille. Élie leur apparut avec Moïse, et tous deux s’entretenaient avec Jésus. Pierre alors prend la parole et dit à Jésus : « Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! Dressons donc trois tentes : une pour toi, une pour Moïse, et une pour Élie. » De fait, Pierre ne savait que dire, tant leur frayeur était grande. Survint une nuée qui les couvrit de son ombre, et de la nuée une voix se fit entendre : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé : écoutez-le ! » Soudain, regardant tout autour, ils ne virent plus que Jésus seul avec eux. Ils descendirent de la montagne, et Jésus leur ordonna de ne raconter à personne ce qu’ils avaient vu, avant que le Fils de l’homme soit ressuscité d’entre les morts. Et ils restèrent fermement attachés à cette parole, tout en se demandant entre eux ce que voulait dire : « ressusciter d’entre les morts ».

Réflexion sur l’Évangile du dimanche 25 février 2024 –

Évangile de Jésus Christ selon saint Marc 9, 2-10

Parfois, je me demande si Pierre, Jacques et Jean ont pris la mesure de l’invitation de Jésus. La transfiguration était une préfiguration de la résurrection du Seigneur.

Être en présence de Jésus n’a pas d’équivalent ; les disciples ne voulaient pas partir mais rester pour toujours avec Lui.

« Rabbi, il est bon que nous soyons ici ! »

Cette exclamation exprime parfaitement l’expérience très humaine d’être au bon endroit en la meilleure compagnie. Cela devient une source de joie, de plénitude et un choc d’émotions tel qu’on est amené à s’exclamer : « Je voudrais que cela ne finisse jamais ».

Les trois apôtres vivent un moment unique qui résonne profondément en eux; ils ressentent une chaleur intérieure envahissante et sereine qui dépasse leur compréhension mais éveille dans leur âme cet appel si humain à vivre une communion parfaite. Pierre, bien sûr, voudrait que cela ne terminât jamais. Cela a dû être un bien beau moment.

L’enseignement très concret que nous pouvons tirer de l’Évangile de la transfiguration est le suivant : il nous faut récupérer, revitaliser et renouveler le sens du sacré dans notre vie. C’est pour cela que Jésus s’approche de nous et nous touche pour dire : « N’ayez pas peur ». C’est un chemin que nous n’avons pas à parcourir seuls (d’ailleurs ce serait impossible). Jésus nous accompagne, nous soutient et nous enseigne toujours.

Je terminerai cette réflexion par ces mots : Le message de la transfiguration de Jésus souligne l’importance de semer les graines d’une humanité nouvelle : graines de compassion, de générosité, de justice et d’inclusion.

Sœur Gladys Flores, s.p.