EN ES
Retour à la liste

Le maté, une tradition bien ancrée chez les Sœurs de la Providence

Le maté est une boisson ancestrale sud-américaine, riche en théine et préparée à partir des feuilles de l’arbre appelé lui aussi, maté. Une fois dûment séchées, ces feuilles sont infusées dans de l’eau. Sa popularité en Argentine, en Uruguay, au sud du Brésil, au Paraguay ainsi qu’au Chili, est comparable à celle d’autres boissons chaudes dans le reste du monde, telles que le café ou le thé. Lors des mateadas (occasions où les familles et les communautés partagent cette boisson), le maté est servi dans une sorte de gobelet généralement fait à partir d’une calebasse desséchée où l’on insère une paille métallique appelée bombilla.

Pour les Sœurs de la Providence, partager le maté avec leurs proches est une tradition dans la province Bernarda Morin. Habituellement célébrée aux alentours du 17 juin, la mateada est une occasion spéciale qui se vit en communauté. À l’exemple de nos devancières, les religieuses se réunissent pour un moment de convivialité en dégustant du maté préparé avec de l’eau fraîchement bouillie. C’est l’occasion de se remémorer, avec une profonde gratitude, le petit bateau sur lequel nos sœurs canadiennes sont arrivées au Chili, parmi lesquelles il y avait Bernarda Morin, fondatrice de la Congrégation dans ce pays.

Cette année, la traditionnelle mateada revêt une signification spéciale, car en marquant le 170e anniversaire de la Congrégation au Chili, elle procure aux sœurs chiliennes une excellente occasion de partager ce moment dans la joie en compagnie d’invités tels que l’Équipe de leadership congrégationnel, des collaboratrices et collaborateurs ainsi que des sœurs d’autres provinces.

Bureau des communications du CIP en collaboration avec Juan Francisco Tapia (province Bernarda Morin).